Régulation

Un des arguments phare des personnes pratiquant la chasse, est le fait de réguler les populations et donc ainsi de préserver la biodiversité. Si nous suivions ce principe à la lettre, les humains seraient certainement les premiers à devoir subir cette politique de mise à mort.

Comparatif des dommages causés :

Par les animaux sauvages :

  • Destruction des récoltes (du fait de la destruction des habitats, de la surpopulation : disparition des prédateurs + mangeoires entretenus par les chasseurs…Donc du fait des humains)

Par les animaux humains :

  • Destruction des habitats
  • Destructions des sols
  • Appropriation des terres
  • Pollution des eaux
  • Pollution des sols
  • Pollution de l’air
  • Mise à mort d’individus
  • Dérégulation des écosystèmes
  • Désertification des zones naturelles
  • Extinction des espèces
  • Réchauffement climatique

 

Liste non exhaustive.

Les chasseurs sont responsables d’une 30aine de morts humaines par an (et entre 130 et 200 accidents). Nombre parfaitement acceptable selon les associations de chasse qui le comparent aux nombres d’erreurs médicales. Voici 3 sophismes cachés dans ce raisonnement :

Biais de la double faute

Fait que la chasse, accusée d’être mauvaise, se fait considérer comme bonne parce qu’on fait remarquer qu’elle n’est pas la seule à être mauvaise.

Biais d’échantillonnage

On oppose 2 situations choisies en ignorant celles qui ne répondent pas à nos critères.

Suppression de données pertinentes

Comparer la chasse, qui est un sport visant à tuer des individus, au domaine médical qui vise à en sauver, juste parce que les 2 engendrent des morts, n’a pas de sens de ce fait. La comparaison est donc irrecevable. Se passer de chasse sauverait plus de vie que de se passer d’hôpitaux.

Chasser c’est tuer pour le plaisir des animaux dont la plupart viennent d’élevages, de croisements permettant une prolifération des espèces, ou encore sont nourris par les chasseurs.
C’est aussi répandre du plomb dans la nature, terroriser la faune sauvage, pousser certains animaux à changer de rythme de vie pour ne sortir que la nuit…

La chasse n’est pas écologique.

Face à ces évidences, le seul argument en faveur de la chasse reste « le plaisir de pouvoir tuer ». Or celui ci n’est pas recevable d’un point de vue éthique.

Les chasseurs font partie de la catégorie des oppresseurs actifs. Ils ne nuisent pas par ignorance mais par choix, par confort personnel, par égoïsme, par plaisir…
S’ils ne peuvent être convaincus, ils doivent être combattus.

Une nuance de plus :

Nous ne sommes pas trop nombreux pour la planète. Nous sommes trop nombreux a avoir un niveau de vie trop élevé. Ceci est à imputer au modèle productiviste occidental et pas tant à notre consommation individuelle.

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments