Extrémisme & hypocrisie

Voici le résultat d’un mauvais « sauvetage ad hoc ».
Le « sauvetage ad hoc » consiste à faire appel à n’importe quel argument afin de sauver une pensée qui nous est chère.

C’est aussi un « homme de paille », car il fait glisser la position initiale vers une autre qui est indéfendable.

Refuser l'exploitation animale n'est en soi pas extrême.

C’est un principe de justice sociale qui est pertinent même aux yeux de la morale institutionnelle : ne pas tuer, ne pas torturer, ne pas séquestrer. La raison pour laquelle ces principes ne s’appliqueraient pas aux animaux non humains est toujours sophistique et donc irrecevable.

Refuser l'exploitation animale ne signifie pas que l'on cautionne l'exploitation humaine.

Se battre contre toutes les injustices n’est pas incompatible avec le fait d’être végane et beaucoup de militant·e·s sont dans la convergence des luttes.

Nous pouvons parler entre autres des Food Not Bomb, qui sont des distributions de nourritures végétales récupérées (et souvent d’habits, de jouets, de livres…) afin de lutter contre l’exclusion, contre les affres de la précarité, contre le gaspillage alimentaire et contre le spécisme.

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments